<span class=« Non Hugo, on ne respecte pas l’homophobie »">

Nov / 22

« Non Hugo, on ne respecte pas l’homophobie »

By / Florian Dacheux /

Que l’on aime ou non le football, on ne peut rester insensible aux conditions dans lesquelles la Coupe du monde de football 2022, attribuée au Qatar douze ans plus tôt, se déroule. A commencer par ces milliers de travailleurs migrants morts sur les chantiers de stades climatisés, le tout dans un pays où l’homosexualité est interdite. Que faire ? Boycotter ou nous servir, à l’instar d’Amnesty International, de l’attention suscitée par cet événement international pour tenter d’obtenir des changements en matière de droits humains. Alors que l’équipe de France de football et sa fédération préfèrent botter en touche, la communauté LGBT, de l’ancien footballeur Ouissem Belgacem au collectif Les Dégommeuses, s’élève pour un sport inclusif.

« NON HUGO

ON NE

RESPECTE PAS

L'HOMO

PHOBIE »

par Ouissem Belgacem

EX FOOTBALLEUR PROFESSIONNEL

Auteur de Adieu ma honte (Fayard, 2021) où il témoigne de son rude quotidien de jeune footballeur homosexuel lorsqu’il évoluait au centre de formation de Toulouse, Ouissem Belgacem nous a transmis sa récente tribune intitulée “La Ligne”, dans laquelle il dénonce l’absence de mobilisation des footballeurs contre les discriminations au Qatar.

La ligne

 

« En football, d’un côté de la ligne c’est but, de l’autre pas. D’un côté, on continue de jouer et de l’autre pas. Ces lignes physiques qui délimitent tous les sports sont complètement transposables dans nos vies, nos modes opératoires et nos systèmes de valeurs. Alors où trace-t-on la ligne, d’un terrain de foot, de la décence, de l’indifférence ?

Cette coupe de la honte au Qatar et le message envoyé par mon équipe, l’équipe de France, a fait reculer la ligne du vivre ensemble à un endroit des plus lugubres.

Alors oui c’est bien plus simple de fermer les yeux sur la laideur de la face cachée du football. Je peux comprendre qu’on ait juste envie de soutenir son pays aveuglément mais alors où trace-t-on la ligne de l’inacceptable ?

À toutes celles et ceux qui regarderont la Coupe du monde de football 2022, sachez que les joueurs ne courront pas sur des terrains de foot mais bien sur le cimetière des 6500 ouvriers morts pour vous divertir et vous faire consommer. Cet événement qui, à la base, est censé rassembler, fédérer, unir, ne fera que diviser, fracturer et exclure notamment les minorités sexuelles.

Le gouvernement Qatari me demande de respecter ses règles si je décidais de m’y rendre. Comme ci, le temps d’un temps les personnes homosexuelles pouvaient devenir hétéro pour faire plaisir à tout le monde. Donc en résumé, tu peux venir mais ne sois pas toi. Comprennent-ils que c’est l’équivalent de demander à une personne noire de devenir blanche le temps d’une coupe du monde ?

Quelle tristesse de voir que le sport le plus populaire au monde peut être acheté par des régimes politiques bafouant les droits humains, au lieu de justement utiliser cette fantastique plateforme, qu’est le sport, pour les dénoncer. 

Je prends la parole car c’est bien le silence qui a permis l’organisation de cette coupe de la honte mais aussi le manque de courage de la part des joueurs. Si seulement ils comprenaient qu’ils entreraient bien plus dans l’histoire du football, de l’humanité, en refusant de jouer plutôt qu’en allant chercher une autre étoile au Qatar après celle obtenue en Russie…

Alors il est clairement trop tard pour annuler cet événement mais il ne sera jamais trop tard pour s’indigner, pour dénoncer, pour penser aux familles des ouvriers morts et surtout pour ne pas participer à cette mascarade. De faibles audiences enverraient un message puissant à tous.

Le Président Macron nous dit qu’il ne faut pas politiser le foot. Mais alors pour quelle raison la Russie a-t-elle été exclue de la Coupe du monde ? Le Président Macron nous dit qu’il faut laisser place au sport et à rien d’autre. Mais alors pourquoi l’équipe de France est régulièrement à l’initiative de gestes de lutte contre le racisme comme un genou au sol des joueurs ou en portant des brassards “Unis contre le racisme”. En fait, ce que le Président Macron nous dit, c’est que la lutte contre l’homophobie ne mérite pas d’être portée avec autant de force que les autres luttes. Quel message ! Merci Monsieur le Président.

Quant à toi Hugo Loris, capitaine de l’équipe de France, tu te trouves du mauvais côté de la ligne car non, on ne respecte pas l’homophobie, non, on ne tolère pas la mort de toutes ces personnes, et non, on ne participe pas à un tel désastre climatique et écologique. Quand on jouit d’une lumière comme la tienne en tant que star mondiale de foot, on l’utilise pour faire avancer le respect des droits humains partout où on se rend pour jouer, et si on n’a pas cette présence d’esprit à minima on ne parle pas.

Ne me ramène pas cette Coupe à la maison. Garde la pour toi. Ma ligne est là. »

 

(Crédit photo © Lulah Dacurly)

« Le foot sera toujours politique »

En vérité, en France, l’invisibilisation des homosexuels et de l’ensemble de la communauté LGBT dans le foot et d’autres milieux n’est pas nouveau. Dès lors que ces derniers sont trop visibles ou revendicatifs, ce n’est plus bankable… Alors que le brassard “One Love” ne sera finalement pas porté par les joueurs au Qatar, les Dégommeuses ont déployé le message “La FIFA tue”, sur le Pont de arts à Paris, dimanche 20 novembre, jour d’ouverture de la CDM 2022. S’appuyant sur des données d’Amnesty International, l’association francilienne, qui lutte contre le sexisme et les discriminations dans le football, estime que la FIFA “n’a rien fait” face aux alertes sur les abus humains au Qatar. Nous publions leur tribune :

« Amnesty international a démontré qu’au moment de son attribution en 2010, toutes les institutions internationales alertaient déjà sur les violations qu’y subissaient les travailleurs et travailleuses étranger.ères. La FIFA savait, et elle n’a rien fait, laissant les intérêts financiers dicter ses choix. Cette inaction n’est pas une surprise. Elle parcourt l’histoire de cette institution, entachée de corruption endémique et promotrice d’évènements pharaoniques qui exploitent, endettent les peuples et détruisent la planète. 

Nous dénonçons la responsabilité de la FIFA dans cette gravissime violation des droits humains qui a déjà causé des milliers de morts, d’accidenté.es du travail, et qui, au moment même du coup d’envoi, continue de s’exercer sur les travailleurs.ses migrant.es.

Nous exigeons de la FIFA, dans le sillon des revendications formulées par Amnesty International, de travailler avec le Qatar en vue de mettre en place un programme global d’indemnisations. Il est essentiel d’obtenir des réparations pour toutes les violations des droits des travailleurs et travailleuses en lien avec la Coupe du monde au Qatar.

Nous appelons toutes celles et ceux qui défendent un sport populaire, émancipateur, inclusif, loin des intérêts capitalistes à poursuivre et amplifier leur résistance.

En tant qu’équipe majoritairement composée de lesbiennes, de personnes non-binaires et de personnes trans, nous répondons à Emmanuel Macron que le sport, le foot, a été, est et sera toujours politique. »

Sur le Pont de arts à Paris, dimanche 20 novembre, jour d’ouverture de la CDM 2022. © Les Dégommeuses / Argentin Chloé

De son côté, Amnesty International fait campagne pour défendre les droits de milliers de travailleuses et travailleurs migrants exploités au Qatar. L’ONG a cependant décidé « de ne pas boycotter ce tournoi ».

« Le Qatar veut profiter de cet événement sportif pour redorer son image et vendre un paysage de rêve aux supporters et au monde entier, indique l’ONG. Il est essentiel de combattre cette image en dénonçant l’envers du décor de l’organisation du Mondial. La Coupe du monde est l’occasion de braquer les projecteurs sur les conditions de travail et de vie des travailleuses et travailleurs migrants exploités au Qatar. Il ne nous reste plus que quelques mois pour agir avant le coup de sifflet final ! En France, nous avons un rôle à jouer. La Fédération Française de Football doit s’assurer que tous les prestataires de services auxquels elle fera appel au Qatar respectent les droits humains. Et elle a le devoir de dénoncer les atteintes perpétrées contre les travailleurs migrants dans le pays. Ensemble, nous pouvons changer durablement leurs conditions de travail et de vie. »

Qatar 2022 : Les droits humains ne doivent pas être hors-jeu ! – Amnesty International France

[PÉTITION] Mondial 2022 : la Fédération Française de Football doit ramener la coupe à la raison !  – Amnesty International France

© Foot Art Club / Florian Dacheux
Florian Dacheux