<span class=Sète, capitale estivale du hip-hop">

Juil / 26

Sète, capitale estivale du hip-hop

By / Florian Dacheux /

Fondé par le rappeur sétois Rachid Daif alias Demi Portion, le Demi Festival revient en août pour quatre jours de hip-hop dans l’antre somptueux du Théâtre de la Mer à Sète. Là où tout a commencé pour ce petit bonhomme de l’île de Thau devenu l’une des plus belles plumes du rap français. Un grand monsieur.

Sète, capitale estivale du hip-hop

Alors que l’exposition Hip-Hop 360 vient de s’achever à la Philharmonie de Paris, c’est à l’autre bout de la France, vers la pointe Sud, qu’il convient de suivre le beat. Bienvenue à Sète, au pied du mont Saint-Clair, où le théâtre de la Mer, l’un des plus beaux spots de l’hexagone, s’apprête à accueillir du 10 au 13 août 2022 le Demi Festival, premier festival rap indépendant francophone de France. Plongés dans cet irrésistible écrin faisant corps avec la roche, Médine, Scylla, Rockin’Squat, Furax Barbarossa ou encore Rocé, pour ne citer qu’eux, se succèderont à l’affiche de cette sixième édition parrainée par Oxmo Puccino. Un micro donc, des platines, et la force des mots en face à face avec la Méditerranée… Tel est le combo gagnant d’un événement imaginé par Demi Portion qui, chaque année, est “sold out” en quelques minutes. « Dire que j’ai commencé en 1996 avec mon petit groupe Les Demis Portions, grâce à des grands frères de mon quartier de l’île de Thau qui nous ont donnés envie de faire du breakdance, du beatbox, du rap, du graffiti, de toucher les platines à une époque où il n’y avait ni réseau, ni média, ni buzz, ni aucune vision de l’avenir », confiait le rappeur non sans émotion le 12 juin dernier depuis son compte Instagram. Très reconnaissant envers son public, il poursuit : « Je faisais mes petits concerts avec 10 personnes, devant ma cité, dans ma chambre, devant mes parents. Et je dois tout à ma famille, à mon père parti si tôt. C’est pour eux que je me bats et maintenant j’organise un festival dans ma ville natale. Je n’aurais jamais imaginé cela une seconde si on me l’avait dit au collège. C’est dingue en vrai. »

Pour celles et ceux qui n’ont pas eu la chance d’obtenir le graal, rassurez-vous, Demi Portion et sa bande ont tout prévu. Entièrement gratuite, la première soirée lancera les festivités avec une scène flottante sur le canal Royal de la cité sétoise en présence notamment de Sniper et Busta Flex. Ensuite, place à trois jours de concert non-stop, avec neuf à dix groupes par soir, dont de nombreuses pépites locales et nouveaux talents. Alors que la crème de la crème du graffiti sera sur place, une bourse aux vinyls et une démonstration de scratchs aura lieu rue de Tunis. Sans oublier la session “open mic” animée par Petitcopek place de l’Hospitalet ainsi que la diffusion du documentaire Pone, sans rémission au Cinéma Comédia.

 

Accompagné par son fidèle acolyte Dj Rolxx aux platines, Demi Portion ne manquera pas de livrer une poignée de punchlines issue de son nouvel album Mots croisés sorti en mai. Dans son septième opus déjà classé parmi les meilleures ventes rap de l’année, l’artiste rend hommage de VHS à Poto en passant par Petit Prince aux années 1990, tout en donnant quelques conseils à la nouvelle génération. Au bon souvenir de son premier atelier d’écriture à l’âge de 12 ans, le Sétois envoie un gros coup de cœur à l’éducation populaire, à celles et ceux qui tentent de fabriquer du mieux. Un clin d’œil aussi à son quartier de toujours, celui de l’île de Thau et ses tours érigées sur l’eau dans les années 1970. Un quartier, où sur fond de chaâbi, Moustaki et IAM, il se prenait à rêver de vivre de ses mots tel George Brassens, cet autre enfant de Sète. A l’aube de ses 40 ans, c’est désormais chose faite. Une maturité qu’il a semé une première fois de Toulouse à Plaisir lors de sa dernière tournée printanière, avant de s’envoler en juillet vers le Maroc pour se ressourcer en famille sur la terre des siens. Depuis Khémisset, c’est un père de famille comblé qui s’avance sereinement vers la sixième édition d’un festival « né sur un coup de tête », dit-il. Le coup de génie d’un poète qui n’a pas tardé à reprendre le contact avec la scène dès le 21 juillet à Néoules avant de filer dans le Jura. Petit prince, oui, se chauffe la voix. Il aurait scandé que « le monde entier est un grand village » et que « les grandes choses dérivent souvent des petites ». Avant de rapper : « Petite planète ou petite maison, petite cachette où petite question, petite galère, petite bestiole, petit effort pour petite fleur, petite canaille ou petite canarde, pays, je t’aime mais l’avenir va mal. » Tout en voltige et en sourire.


Florian Dacheux 

(Crédit photos : Office Tourisme Sète, Page Facebook Demi Festival, Pierre Nocca et Kevin Di Chiappari)

Florian Dacheux