Frazao Plaisir chante en hommage aux siens

Mar / 12

Frazao Plaisir chante en hommage aux siens

By / Florian Dacheux /

L’entendre chanter nous plonge dans sa Côte d’Ivoire natale. Celle qu’il a quitté pour tenter sa chance en Europe, une traversée douloureuse qu’il raconte en musique à travers son dernier titre Aventuriers du désert. Rencontre avec un jeune homme talentueux porté par une voix pleine d’espoir.

Frazao Plaisir chante en hommage aux siens

«On n’a pas le choix, et si la traversée est favorable on se retrouvera en Europe, dans le cas contraire, on se verra dans l’au-delà », chante Frazao Plaisir dans son dernier morceauAventuriers du Désert. Comme pour rappeler aux Européens que le Vieux-Continent restera toujours un choix par défaut… Mis en ligne dans la nuit du 12 mars, son clip est désormais visible jusqu’à Abobo, son quartier d’origine à Abidjan en Côte d’Ivoire. Un soulagement pour Frazao qui, à tout juste 20 ans, n’a qu’une idée en tête : vivre de son art ! La musique, Ibrahim Diaby, de son vrai nom, la porte en lui depuis son plus jeune âge. Joueur de percussions et d’harmonica, ce fils de griots écrit et chante ses propres textes. « La musique a toujours occupé une place importante dans ma vie, confie-t-il. Je chante depuis tout petit. C’est vraiment essentiel pour moi ».

« Sortir du pays pour aller chercher un peu de pain pour la famille. »

Porté par une voix et un talent inné, Ibrahim intègre dès 2015 le groupe Sympa Plaisir aux influences afro-mandingue. « Notre musique, on l’appelle le Sympa. C’est une musique originaire du Niger qui a ensuite évolué au Ghana à travers les fêtes générationnelles. Puis c’est dans les années 1940 que le Sympa s’est retrouvé en Côté d’Ivoire. Depuis, on perpétue la tradition. On le fait à l’ivoirienne, avec beaucoup de sonorités, de couleurs et de rythmes. » Chez lui, la tradition, c’est aussi penser aux siens. Et dans ces cas-là, la musique ne suffit plus. « Des voisines disaient à ma mère que leurs enfants leur envoyaient de l’argent depuis l’Europe. Cela commençait à blesser ma mère et tu te sens obligé de faire comme les autres. C’est-à-dire de sortir du pays pour aller chercher un peu de pain pour la famille. » C’est courant 2017 qu’il décide de tenter l’aventure vers l’Europe. Une décision qui le pousse à quitter Daloa, dans la région du Haut-Sassandra. Direction le Burkina Faso, le Niger puis la Libye. « Mais si c’était à refaire, je ne le referai pas. Il y a trop de risques. Je ne savais vraiment pas ce qui m’attendait. J’ai voyagé par mes propres moyens avec des amis que j’ai ensuite perdu de vue. En Libye, j’ai été kidnappé par des voyous qui voulaient de l’argent. Je n’ai été ni torturé ni frappé mais j’ai fait de la prison pour des causes que j’ignore. J’ai vu des personnes se faire tuer et mourir en plein désert. C’était l’enfer sur terre. »

De la Libye à Paris

Au bout de ce chemin semé d’embûches et d’horreurs inimaginables, Ibrahim réussit malgré tout à rejoindre l’Italie. Hébergé à Crotone, en Calabre, il ne parvient guère à s’acclimater à la langue. Direction la France. A son arrivée à Paris, Ibrahim, accompagné d’un nouveau compagnon de route, se retrouve Gare de l’Est. Déterminé à trouver une issue positive à ce long périple, il ne se laisse pas influencer par la rue et son lot de mauvaises fréquentations. « Nous ne connaissions personne, poursuit-il. Nous avons passé deux nuits à la gare. Un homme a tenté de nous enrôler pour vendre de la drogue, ce que l’on a refusé. Puis nous sommes montés dans un train et avons atterri à la gare de Lagny Thorigny. » Sur le quai, une personne bienveillante leur indique alors l’adresse d’une structure pour mineurs. Suivront des rencontres décisives pour sa stabilité dans différentes antennes socio-éducatives de Seine-et-Marne.

Frazao Plaisir au côté de son producteur Oumar Samassi.

« Je sais ce que je peux donner à la musique »

Quatre ans plus tard, Ibrahim n’a pas oublié ce qu’il a dû endurer pour rester en vie. Pourtant atteint de la poliomyélite, il ne laisse rien transparaître de la souffrance engendrée par son handicap. Installé à Fontainebleau, il fabrique ses propres percussions et passe de nombreuses heures à répéter ses dernières compositions. « J’ai enregistré mon premier single et j’en ai encore beaucoup d’autres en réserve, se réjouit-il de son sourire ravageur. Dans mes textes, je parle beaucoup de pauvreté, de la méchanceté des êtres humains, de la mort, de l’amour, des faits de société, de la politique. » A l’instar de l’envoûtante Aventuriers du désert, une chanson qui rend hommage à tous ceux qu’il a  croisé en chemin. « Dans ce morceau, je parle directement de mon parcours, de mon pays, mais surtout de ma traversée, de tout ce que j’ai vu et vécu sur cette route. Cela m’a ouvert l’esprit. J’ai rencontré des nationalités que je ne soupçonnais même pas. Je n’avais jamais vu de Capverdiens ni de Pakistanais. Des amitiés ont pris forme. C’est ça que je retiens de bon dans cette histoire et non toutes les galères. » Pour l’aider à réaliser son rêve, il peut notamment compter sur Oumar Samassi. Fondateur du label Sali Fan, ce producteur basé à Sarcelles est littéralement tombé sous le charme de l’identité vocale de Frazao. Voici plusieurs mois qu’ils organisent des sessions d’enregistrement chez l’ingénieur du son David Lafilay d’ Urban Groove Studio à Goussainville. « Je l’ai découvert sur internet à travers une chanson chantée à capella en bambara, confie Oumar. Puis je l’ai fait venir pour un test sur une reprise d’Alpha Blondy. Il a vraiment un gros potentiel pour toucher le public. On va faire les choses pas à pas. » D’ores et déjà très suivi depuis la Côte d’Ivoire, Frazao Plaisir rencontre un beau succès sur les réseaux sociaux. « Je sais ce que je vaux et ce que je peux donner à la musique », conclut-il. Le meilleur est à venir.

 

Florian Dacheux

Ibrahim est l’un des six jeunes qui a participé à nos ateliers journalisme autour de l’histoire des enfants déracinés de l’Ile de la Réunion.
A découvrir ici : 
Atelier D’ailleurs et d’ici, à la rencontre d’ex-enfants déportés de La Réunion – dailleursetdici.news

 

En savoir plus sur le projet de Frazao Plaisir ?
Suivez-le sur : Frazao Plaisir Officiel | Facebook Sympa Plaisir Officiel | Facebook

 

Un projet d’album soutenu par Sali Fan et le studio Urban Groove: Enregistrement Mixage Mastering | Urban Groove Studio | Goussainville

 

 

Florian Dacheux