<span class=Cinq jours de fête avec Magic Barbès">

Sep / 26

Cinq jours de fête avec Magic Barbès

By / Florian Dacheux /

Cinq jours de fête avec Magic Barbès

Formidable écho à notre pluralité, la 12e édition du Festival Magic Barbès a lieu du 28 septembre au 2 octobre 2022 dans le quartier de la Goutte d’Or à Paris. Coordonné par le centre culturel FGO-Barbara, son objectif premier est de valoriser la diversité culturelle de ce quartier du nord de la capitale, une ville-monde à lui tout seul. Entre musique, danse, photographie, théâtre, peinture, mode, échanges et autres tables rondes, cet événement pluriel promet une programmation riche de sens. Entretien avec Mustapha Amokrane, artiste-associé à FGO-Barbara, dit Mouss, illustre membre avec son frère Hakim du célèbre groupe toulousain Zebda.

Mustapha Amokrane, artiste associé au FGO-Barbara. © Victor Deneumoustier

Parlez-nous un peu de vous…
Je suis dans la musique depuis 35 ans et j’ai souvent eu dans mon parcours l’occasion de venir jouer à Paris, en particulier dans le 18e arrondissement à Barbès. Au moment où il y a eu un renouvellement de direction au FGO-Barbara en 2019, on m’a proposé d’occuper le poste de directeur artistique ou au moins d’artiste associé. J’ai accepté volontiers, étant donné que les quartiers populaires font partie de ma vie et de ma vision du trésor d’inspiration que représente ce type de quartier.


Diriez-vous que Barbès est un vivier d’inspiration ?
Exactement ! C’est un vivier d’inspiration, d’énergie créative, d’invention sociale et humaine. Ce qui fait qu’on se retrouve comme souvent dans les quartiers populaires dans un laboratoire de société. Du point de vue des dynamiques positives et celles qui le sont moins parce qu’elles sont réelles, on ne le nie pas, notre rôle, en tant qu’acteur culturel, est de souligner l’inspiration qui s’en dégage ou du moins de l’accompagner.

"Choeur de femmes" avec Souad Asla, une déambulation au départ de l'Institut des Cultures d'Islam (19 rue Léon) le 28 septembre à 18h, jusqu'à FGO-Barbara (1 rue Fleury) arrivée prévue vers 19h. © FGO-Barbara

« L'ART PERMET DE NOURRIR NOS CAPACITÉS À Y CROIRE »

Quels seront les temps forts de l’édition 2022 ?
Pour moi, ce qui est important, c’est le temps de Magic Barbès dans son ensemble. Le principe de Magic Barbès repose sur une co-organisation avec différents partenaires du quartier, des gens eux-mêmes actifs dans le quartier tout au long de l’année (des associations, des théâtres, des lieux). Cette dimension-là est très importante. Bien que nous soyons spécialisés dans la musique, cet évènement est le projet qui nous permet de valoriser notre lien avec ce territoire tout au long de l’année. Il y aura des temps forts en musique notamment avec Yarol Poupaud, cofondateur de FFF, une création intitulée Les exilés poétiques dont l’invité est Arthur H, ou encore la déambulation Choeur de femmes avec Souad Asla, le résultat d’un atelier de chant avec les gens du quartier. Il y aura des échanges avec le collectif Dialna sur les questions de genre dans les milieux culturels racisés ou en tout cas diversifiés. Il y aura des projections, une pièce de théâtre intitulée Cabaret Social Club sur la rue Charbonnière, ainsi qu’une expo photo Goutte d’Or Social club. Il y aura également les repas partagés avec Quartier Libre, un lieu de cuisines partagées qui permettent aux gens qui n’ont pas forcément les espaces, de venir notamment cuisiner mais aussi partager des recettes. C’est une animation culturelle à part entière et c’est cette richesse qui est valorisée. C’est pour ça qu’on aime bien le titre “Magic Barbes”. C’est la dimension magique de ces rencontres improbables.

 

Cette diversité est-elle selon vous une sorte de témoin de l’expression citoyenne actuelle ?
De fait, car l’expression culturelle a toujours un petit temps d’avance sur le politique. L’expression artistique est aussi une façon de souligner des regards sur la société et de les mettre en avant quand on n’a pas encore les mots pour en produire un discours. Quand on n’a pas encore les mots ou les discours transcrits pour produire quelque chose d’équilibré. De fait, je considère que l’art quel qu’il soit, même s’il est très sombre, est porteur d’espoir. C’est l’expression humaine. L’art permet de nourrir nos capacités à y croire. Au même titre que l’activité sportive par exemple. Il s’agit de la réalité de l’un des derniers quartiers populaires de centre-ville en France, avec peut-être “Belzunce” à Marseille. Ce sont tous sauf des déserts.

 

Quel message Magic Barbès peut-il envoyer selon vous ?
D’abord qu’il s’agit de construction collective. Notre société ne pourra pas éluder cette dimension collective. Pour moi, cela dit que le devoir d’invention est en route. On doit s’inventer en fonction de nos histoires respectives. Ce que ça dit en exergue, c’est que nous sommes tous les experts de nos propres vies. Et nous pouvons partager ces expertises. C’est une réalité intemporelle. On peut avoir l’impression que les experts sont sur les plateaux TV des chaines d’infos en continue que je ne citerai pas alors qu’en réalité, ils sont dans la rue. Le quartier Barbès est porteur de cette dimension de laboratoire. Il y a une petite notion d’urgence à Barbès.

 

Une notion d’urgence par rapport à quoi ?
Quand on a une problématique géopolitique à 10 000 km et qu’on la retrouve en bas de chez soi, il y a un petit côté première ligne. Ce n’est pas la ligne de front de cette guerre qui se produit en Syrie, au Yémen ou je ne sais où mais c’est la réalité de ce laboratoire dont je parlais tout à l’heure. C’est la réalité de cette dimension d’urgence qui, selon moi en tant qu’artiste, n’est pas que négative. On peut, dans la dimension d’urgence, trouver des énergies qui sont hyper constructives.

« LA CULTURE JOUE SON RÔLE À PARTIR DU MOMENT OÙ ELLE PERMET D'INTERROGER LA DÉMOCRATIE »

Vous avez parlé de construction collective. A quel moment du festival en êtes-vous fier ?
Quand on fait la proposition de se rencontrer avec les partenaires du quartier pour coorganiser l’évènement et qu’on dit : “on va organiser une rencontre pour coorganiser l’évènement de Magic Barbès” et qu’on se retrouve à 25 ! Alors là, je suis content. Quoiqu’il arrive, on aura commencé, on aura prolongé un échange qu’on a tout au long de l’année. Car ce n’est pas juste à ce moment-là. Des activités communes ont lieu tout au long de l’année. Nous avons un lieu, des espaces, des moyens techniques, des possibilités de développer des actions culturelles. Je me souviens de la première réunion sur l’organisation de cette édition-là. On était une vingtaine autour de la table et j’ai trouvé ça formidable. Ce sont des gens qui sont enthousiastes. Et selon moi, si on parle de citoyenneté, l’équation la plus importante est l’envie d’en être. “Je veux en faire partie”, “Je veux en être ” et ensuite place à la complémentarité des savoir-faire.

 

 

Pensez-vous qu’à partir de ce type de laboratoire un changement sociétal est possible ?
Je ne sais pas mais dans cette idée du changement que vous évoquez, en tant qu’acteur culturel, il est essentiel de produire de la trace, de produire du récit. C’est notre rôle en tant qu’artiste de participer à la création de ce récit qu’on pourrait nommer “récit inclusif”. Bien qu’il y ait d’autres dimensions nécessaires à l’arrivée de ce changement, la culture joue son rôle à partir du moment où elle permet d’interroger la démocratie.

 

 

A ce propos, un débat intitulé “beaucoup de technologie et plus de démocratie” a lieu pendant le festival. S’agit-il d’une table ronde qui questionnerait la démocratie d’aujourd’hui ?
Tout à fait, on peut produire des échanges de de type, des récits, de la trace, des rencontres. Et développer l’esprit d’une transmission parce que notre société avance avec le temps et tant qu’on avance, on doit produire les bases d’un récit avant même que les historiens s’en emparent.

Battle de danse spécial hip-hop avec la compagnie Mazelfreten, composée du duo Laura « Nala » Defretin et Brandon « Miel » Masele, avec DJ LUMII aux platines et Dandyguel au micro. © FGO-Barbara

« BARBÈS, LA CAPITALE DES MUSIQUES DES PEUPLES DU MONDE »

Quel est votre regard aujourd’hui sur l’avenir de Barbès, du quartier de la Goutte d’Or ?
Au présent, cela reste un quartier qui porte une richesse extraordinaire. Sans vouloir faire de l’angélisme non plus, j’ai plutôt envie de souligner les énergies constructives. Aujourd’hui, il y a une réalité qui nous a fait choisir ce thème “Magic Barbès Social Club” afin de souligner la volonté d’engagement, la capacité de mobilisation citoyenne, la capacité de mobilisation pour créer des dynamiques en devenir, en perspective ou réelles aujourd’hui. On est tout de même dans l’après Covid. C’est un quartier qui subit avec beaucoup de violence une réalité de confinement non confiné. Beaucoup de gens, sans logement, n’ont pas eu la possibilité de se confiner. C’est une réalité. Cela a surtout démontré, en réponse, la solidarité des gens qui subissent. Dans ce type de quartier, il y a un formidable potentiel d’énergie solidaire. Donc je dirais que ce quartier sera toujours ce type d’endroit qui produira de la solidarité entre les habitants eux-mêmes. L’avenir sera donc associé à cette réalité-là. Je ne suis pas urbaniste mais la question de l’urbanisation reste très importante, ce qu’on appelle la gentrification. De quelle manière va-t-elle s’opérer ? Comment va-t-on la maîtriser ? Comment allons-nous conserver cette dimension populaire dans ce type de quartier ? Ce sont des débats très compliqués mais intéressants à avoir. En tant que musicien, je considère que le quartier Barbès a longtemps été et est encore aujourd’hui la capitale des musiques des peuples du monde.

 

Auriez-vous des conseils pour celles et ceux qui souhaiteraient organiser ce type d’évènement culturel ?
La première des choses est le moment où tu vas trouver des partenaires au même niveau que toi. Outre les financeurs, il est important de trouver des partenaires qui travaillent sur ton territoire. Cette notion de territoire est très importante car on devrait de plus en plus coorganiser les évènements. Ensuite, on doit le faire en fonction de l’endroit où on le fait. On doit en tenir compte afin d’associer des gens. J’ai un parcours de musicien qui m’a permis de connaître un grand nombre de professionnels et métiers. En partageant nos connaissances, on peut se retrouver face à une petite association, une petite structure, quelque chose qui est beaucoup moins important que nous en termes de volume d’action mais qui produit des choses qu’on est incapable de produire. La collaboration est la clé de l’organisation de ce type d’évènement. On a une méthodologie à transmettre qui aide à l’anticipation et à la réalisation d’une idée. Avec humilité, car il faut toujours savoir s’adapter. 

 

 

Recueilli par Cynthia Augustin

Du 28 septembre au 2 octobre 2022.
FGO BARBARA + Programmation Hors les Murs
1 rue Fleury, 75018 Paris – tél. 01 53 09 30 70
L’entrée de la majorité des spectacles et représentations est libre.

 

Programmation complète : fgo-barbara.fr

 

Une édition produite en partenariat avec AGO, la Bibliothèque de la Goutte d’Or, Cebos Photographe, le Collectif Quartier Libre, Dialna, EGDO, Esprit d’Ebene, Home Sweet Mômes, l’Institut des Cultures d’Islam, L’onde & Cybel, le Lavoir Moderne Parisien, Les Mères Solidaires, Le Poulpe, la Salle Saint Bruno, les éditions Xérographes.

Florian Dacheux