<span class=Dafné Kritharas, la nouvelle diva de Montreuil">

Mai / 16

Dafné Kritharas, la nouvelle diva de Montreuil

By / Florian Dacheux /

Révélée en 2018 avec l’album Djoyas De Mar, la chanteuse franco-grecque Dafné Kritharas, lauréate du prix des Musiques d’Ici-Diaspora Music Awards 2020, envoûte par son timbre pur dans chacune de ses mélodies. Nourrie par un répertoire multiple qui brasse les peuples de l’ancien empire ottoman, elle chante la mer et ces territoires oubliés comme pour résister à toute forme de nationalisme. Rencontre à Montreuil à l’aube de son troisième album.

Dafné Kritharas, la nouvelle diva de Montreuil

En ce mercredi ensoleillé, nous nous sommes donné rendez-vous dans un parc de la banlieue parisienne. Dafné m’apparait au loin toute vêtue de noire, à l’image des personnages de ses chansons parfois mélancoliques. Née en France puis partie vivre en Crète où ses parents vivaient dans un petit village perdu, avant de revenir en France à l’âge de 2 ans suite au décès prématuré de son père en mer, Dafné garde un lien fort avec son pays d’origine. Sa mère – française –, professeure à Montreuil en Seine-Saint-Denis, a toujours souhaité que Dafné et sa soeur connaissent la culture du pays de leur père. Elle retournera en Grèce tous les étés, sur l’île de Tylos, proche de la frontière turque. C’est sur cette île que Dafné, alors âgée de 14 ans,  improvise un “Aman” (longue complainte pendant une chanson traditionnelle) lors d’une fin de soirée dans une taverne. Ce jour-là, elle comprit qu’elle restera liée au chant pour le reste de sa vie.

Voyage immobile
Elle s’installe à Montreuil à l’âge de 20 ans où elle se sent mieux grâce au « brassage culturel fort » : « Je n’aime pas les endroits où tout le monde est pareil », nous glisse-t-elle. Celle dont l’ « âme » de la voix est grecque a mis du temps avant de chanter en public en France. La musique a permis à la petite fille timide de se libérer. Elle lui permet de « transmettre une émotion très forte et de dévoiler une partie de soi que les gens ne peuvent pas voir en dehors de la musique ». Un jour, alors que des gens se bagarrent dans un bus de nuit, elle se met à chanter et se fait applaudir par tous les voyageurs. De petites scènes en petites scènes de banlieue, Dafné se retrouve à l’Alhambra en décembre 2021 : « Pour chanter, il est selon  moi essentiel d’éprouver de l’empathie pour les autres, car quand je chante, j’essaie de « me mettre à la place de », c’est le propre de l’interprétation. C’est  pour cette communion vécue avec le public que je fais ce métier. Je  chante pour partager des émotions avec les autres. Le plus beau cadeau est quand on me dit que ma voix guérit ». La voix de Dafné nous vient d’un autre monde : « J’ai la sensation que ma voix ne m’appartient pas quand je chante. Qu’elle m’échappe afin que tout le monde puisse se l’approprier. Je trouve ce hasard très intéressant. ». C’est sûrement ce caractère universel et transfrontalier de la musique que Dafné cultive : « La musique est un moyen d’intégration, mais elle permet également de cultiver les différences. De mon côté j’aime mêler tous les styles sans penser aux frontières stylistiques ou géographiques afin d’obtenir un résultat singulier qui me plaît profondément. ». Dafné perçoit la musique comme une « forme de résistance aux dominations gouvernementales entre les pays». La musique doit être engagée : « Il s’agit de ne pas faire de la musique pour « faire joli ». Elle est cette « forme de voyage immobile là où elle s’exerce ». Son troisième album est en cours de réflexion, avec cette fois-ci uniquement ses propres compositions, toujours d’inspiration traditionnelle mais avec davantage de sons pop et électroniques pour créer un objet plus cinématographique. Une tournée en Turquie est également prévue, pays où elle compte le plus de fans. Lorsqu’on connait les tensions entre la Turquie et son pays d’origine, nous comprenons rapidement l’enjeu crucial du rôle de la musique pour rapprocher les peuples, car selon Dafné, il s’agit de « ne surtout pas mettre de frontières entre les pays ».

 

Ekim Deger

(Photos : Ekim Deger et Chloe Kritharas Devienne)

 

Pour suivre l’actu de Dafné via les réseaux sociaux, c’est ici :

Spotify – Dafné Kritharas

Dafne Kritharas – Accueil | Facebook

D a f n e K r i t h a r a s (@dafnekritharas) • Photos et vidéos Instagram

 

Retrouvez Dafné Kritharas en concert le 4 juin au Festival “Musiques Métisses” à Angoulême, le 25 juin au Festival “La Petite Istanbul en Fête” à Paris, le 11 juillet au Festival Convivencia à Toulouse, le 16 juillet avec l’Orchestre National d’Avignon à Avignon, le 17 juillet au Festival “Saint-Denis Métis” à Saint-Denis ou encore le 26 août pour “Agir pour le Vivant” à Arles.

Florian Dacheux